Spectacle avec Emmanuelle Goizé.
Mise en scène de Jean-Philippe Salério


Incendie de Fauré



Note d'intention

L'étincelle du spectacle m'est apparue dans un train, en tournée. Un moment ensoleillé où les éléments d'un puzzle inattendu se mettent en place : la collaboration avec un interprète complémentaire, et un répertoire qui m'est cher.

Ces compositeurs m'accompagnent comme de vieux amis depuis des années. En m' emparant de leurs oeuvres, en les malaxant, en me les appropriant avec la même liberté que l'on prend pour un répertoire moins classique, je peux les partager avec un public moins confidentiel. 
Peut-être nous manquons de déférence, mais cela fait aussi notre force et notre originalité. Ces mélodies, nous les avons choisies car nous les aimons sincèrement. A mon tour, je leur donne en cadeau ma jeunesse, mon ardeur, mon désir.

Nicolas Crosse apporte son impertinence musicale et sa maîtrise totale de l'instrument. Ses compositions et ses arrangements en sont les reflets.

Jean-Philippe Salério est vierge de références classiques, et c'est tant mieux. Son regard et son écoute sont entièrement dédiés au spectacle et au théâtre. Au creux des textes il révèle les émotions et les personnages.

Si il s'est naturellement imposé à nous de mélanger chansons, mélodies françaises classiques et quelques créations, c'est que, grâce à la contrebasse, la frontière du style disparaît. Le dépouillement de l'accompagnement nous emmène parfois vers le jazz ou la variété. Ainsi, à notre surprise, ces mélodies se révèlent plus violentes, cruelles ou étrangement comiques. Nous pensions les connaître par habitude, la tradition les a polies, elles deviennent irrévérencieuses.

Verlaine et Fauré ne sont pas nos grands-parents, ce sont des ados pyromanes.

Incendie,

L'embrasement des sens quand crépitent les idées, L'impression d'avancer dans un brasier sans se brûler, Savoir qu'on est capable d'attiser la fièvre à volonté, Maîtriser le feu et s'en nourrir et se soigner.

Emmanuelle Goizé


Les chansons du spectacle

Claude Debussy, Pierre Louÿs : La flûte de Pan et La Chevelure Charles Dumont, Maurice Vaucaire : Mon dieu !
 / Erik Satie, C.de Latour : Elégie
 Serge Gainsbourg : Ces petits riens et Mortel ennui
 Gabriel Fauré, Charles Granmougin : Toujours
 / Gabriel Fauré, R.Bussine : Après un rêve
 Gabriel Fauré, Sully Prudhomme : Au bord de l'eau
 / P. Delmet, Maurice Vaucaire : Les petit Pavés
 Reynaldo Hahn, Téophile de Viau : A Chloris
 / Reynaldo Hahn, Paul Verlaine : D'une Prison et L'incrédule
Kurt Weill, Maurice Magre : Je ne t'aime pas / 
 Roland Orzabal : Mad World
 Maurice Ravel, T. Klingsor : Asie
 / Gaston Gabaroche, Max Eddy : Azor
 Nicolas Crosse, Pierre Louÿs : La Solitude et Les Remords / Mac Nab : Les Foetus




Incendie de Fauré

Note d'intention

Je ne connais pas la musique française du début du 20ème siècle.

Je n'ai jamais mis en scène un récital de musique classique.

Je ne connais même pas la chanson de Gainsbourg que chantera Emmanulle Goizé, moi qui peux vous hurler en boucle tout le repertoire du grand Serge dans les oreilles.

Je ne sais pas quels sont les codes, les façons de chanter comme il faut un récital comme il faut.

Ce que je sens c'est qu'Emmanuelle Goizé et Nicolas Crosse ne "collent" pas du tout à l'image que je me fais d'un récital de musique française comme il faut...

Ces deux-là sont "Rock'n roll", ils osent, ils déjouent les codes, ils exagèrent sûrement...Comme j'aime...Dans le respect de la musique, en la faisant leur, avec audace et humilité.

J'aime Voir Emmanelle sur scène. J'aime entendre Emmanuelle chanter.

J'aime les actrices...Emmanuelle est une actrice, elle chante comme une actrice, elle se met en "je" dans le chant, parfois jusqu'à se brûler...

Je comprends intimement ce titre qu'elle s'est inventé pour se raconter: INCENDIE DE FAURE. Je vais chercher Emmanuelle au travers du répertoire qu'elle s'est choisi et que je ne connais pas encore...

Je vais traquer ces lambeaux d'intimité cachés sous les mots et les notes... Je voudrais lui construire un écrin qui la protegera et la révèlera, une mise en scène dans laquelle elle pourra avancer masquée et s'exposer tout entière.

Emmanelle et Nicolas chanterons l'amour, jouerons la douleur et l'exaltation, la rupture...

Satie, Fauré, Debussy et Gainsbourg vont les faire cramer !!!

Jean-Philippe Salério

mars 2009

Incendie de Fauré


Jean-Philippe Salério

Metteur en scène

Comédien, il joue dans les mises en scène d’Eric Massé, Sophie Lannefranque, Michel Raskine, Georges Lavaudant, Laurent Pelly, Pascale Henry, Christophe Perton, Claire Truche, Sylvie Mongin-Algan, Gilles Pastor, Anne Courel, Sarkis Tcheumlekdjian, Nicolas Ramond, Françoise Coupat, Yves Charreton, Jean Lacornerie… Il est également co-metteur en scène, avec Claire Truche, de la Nième Compagnie. Il est intervenu à plusieurs reprises dans le cadre de la formation du compagnonnage-théâtre au Nouveau Théâtre du 8ème à Lyon.

Dans le cadre de la Nième Compagnie il a mis en scène :

2008 «Intimité Médée » autour du mythe de Médée

2008 « Botox Songs » cabaret de chansons

2006 « Projection privée « de Rémi De Vos

2004 « Conviction intime « de Rémi De Vos

2003 - 2006 «Tourisme» de Sophie Lannefranque

2002 « Lit nuptial » de Sergi Belbel

2000-2001-2002 -2003 – « Les Têtes parlantes » de Alan Bennett

2000 « Cul…Cendron » d'après les 345 versions de Cendrillon comédie en chantée

1999 « Débrayage » de Rémi de Vos

1998 « Les Brontë » d’après l'œuvre de la famille Brontë



Emmanuelle Goizé

Chanteuse

Emmanuelle GOIZÉ étudie le chant aux CNR de Boulogne-Billancourt et de Bayonne ainsi qu’au CNIPAL de Marseille avec Ivan Matiakh.

Elle interprète le rôle de Zerlina dans « Don Giovanni » sous la direction de Benoît Girault ainsi que, avec la compagnie « Les Brigands », Mlle Ygène dans « Docteur Ox », Drogan dans « Geneviève de Brabant » et Eléonore dans « Barbe Bleue », trois opéras bouffe de Jacques Offenbach, sous la direction de Benjamin Lévy, mis en scène par Stéphan Druet, au théâtre de l’Athénée à Paris et en tournée en collaboration avec l’orchestre des Musiciens du Louvre.

Avec Jérôme Savary à l’Opéra-Comique elle participe aux spectacles « La Périchole » et « La Vie Parisienne ».

Au cinéma elle joue dans la comédie musicale « Jeanne et le garçon formidable » de Jacques Martineau et Olivier Ducastel.

En 2005 elle interprète, à nouveau avec « les Brigands », le rôle d’Eva dans « Ta Bouche » de Maurice Yvain au théâtre de l’Athénée et au théâtre de la Madeleine, à Paris. Le spectacle est récompensé aux Molières et est repris en tournée en 2006.

Elle se produit régulièrement avec l’ensemble Alborada consacré à la musique de chambre espagnole et latino-américaine.

Elle interprète aussi le rôle de Papagena dans « Die Zauberflöte » de Mozart au Teatro Réal de Madrid, sous la direction de Marc Minkowski.

En 2006-2007, elle incarne, Maricousa dans « Toi c’est Moi », la nouvelle production des Brigands, crée au théâtre de l’Athénée à Paris et nommée aux Molières.

Elle est la deuxième sorcière dans « Didon et Enée » au Théâtre du Châtelet, sous la direction de Marc Minkowski.

Elle est également Chonchette dans « Chonchette » de Claude Terrasse et Elle dans la « Société Anonyme Des Messieurs Prudents », (la S.A.D.M.P.), de Louis Beydts et Sacha Guitry, ainsi que Fragoletto dans « les Brigands » de Jacques Offenbach avec la compagnie du même nom, à l’Athenée et en tournée.

Elle interpréte Shéhérazade de Maurice Ravel dans une version pour dix instrumentistes au festival Musica Nigella.

En 2007-2008 elle est Lulu de Belleville dans la création de Germaine Tillon : « le Verfügbar aux Enfers » au théâtre du Châtelet.

Cet hiver là elle chante dans « Arsène Lupin banquier », au théâtre de l’Athénée.

En 2009 elle est Léo dans la « La cour du roi Pétaud », un opéra-bouffe de Léo Delibes, sous la direction de Christophe Grapperon, à Paris et en tournée.